J’avais besoin d’un changement de tête. J’avais opté à l’origine pour les extensions mais une fois assise en face de Léo pour ma consultation, il a suffi de quelques questions pour qu’il me propose d’attendre un peu que mes enfants grandissent. Léo a bien cerné mon besoin de changement mais il a aussi bien compris que ma réalité de mère de deux jeunes enfants éveillés m’empêcherait fort probablement d’en prendre soin convenablement.

Il a tout à fait raison à ce niveau. Je serais probablement revenue deux semaines plus tard complètement découragée pour les enlever. Ceci étant dit, cela ne m’aidait pas dans mon besoin de changer de tête sans couper. J’ai toujours été craintive face à la coloration. Il faut dire que les rare fois que je m’y suis tentée, le résultat était soit désastreux soit peu durable. J’ai cependant décidé d’écouter la proposition de Léo.

Un balayage ou des mèches ?

On connaît toutes les mèches : ces plus ou moins larges bandes de cheveux colorés qui alternent avec la couleur du cheveu de façon régulière. Il y a quelque chose de très symétrique, répétitif et de …peu naturel pour moi. Cela reste encore très populaire, particulièrement en Amérique du Nord. Léo m’a proposée une toute autre technique : celle du balayage qui a l’avantage d’offrir un résultat plus subtil en éliminant la symétrie systématique qui caractérise la technique des mèches.

Étape 1 : choisir la couleur

À cette étape, j’ai décidé de faire confiance à Léo. Il faut dire qu’il l’a méritée en me conseillant judicieusement. C’est d’ailleurs un élément que j’aurais dû approfondir dans mon article sur la relation qu’on entretient avec notre coiffeur. Il a choisi un caramel chaud.

Étape 2 : appliquer le mélange de décoloration

L’étape de décoloration est essentielle, surtout sur un cheveu aussi foncé que le mien qu’on souhaite éclaircir. L’application du mélange se fait au pinceau de la racine vers le bas en ajoutant graduellement plus de produit.
Technique-Balayage.png
Contrairement aux mèches, il n’y a pas d’alternance. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y a pas de logique. Les racines sont couvertes de cellophane pour activer en douceur la chimie grâce à la chaleur naturelle du cuir chevelu.

Étape 3 : colorer et créer les reflets

C’est comme recevoir un shampoing ! Léo laisse agir le produit, masse la chevelure pour l’imprégner en totalité et ce, jusqu’à l’obtention de la nuance désirée. Le colorant est très doux pour les cheveux.

Étape 4 : laver…bien laver !

Il est temps de bien laver les cheveux. Même si la coloration ne contient pas d’ammoniaque, il y a quand même des produits chimiques dans le décolorant.

Étape 5 : sécher

Pour pouvoir admirer la couleur finale et les reflets, il est nécessaire de sécher sa chevelure. De toute façon, qui voudrait sortir de chez le coiffeur sans une mise en plis ?

Balayage-Fedwa.png

J’aime beaucoup le caramel. Je le porte depuis deux semaines.

Maintenant que je sais qu’il est possible pour moi d’avoir un résultat durable (quatre mois et plus) et esthétique (non mais regardez-moi !), je me demande si je ne me fais pas un aubergine la prochaine fois. Vous en dites quoi ?

Mise à jour au 27 novembre 2013 : J’ai le plaisir d’apporter deux mises à jour à l’article. Tout d’abord, Léo a tenu à partager avec nous deux conseils de professionnel :

Pour raviver la couleur de votre balayage ou changer de reflet selon vos envies faites appliquer un nuanceur toutes les 4 à 5 semaines. Cela ne prendra que quelques minutes et redonnera l’aspect sain et brillant des premières semaines.

À la maison, sublimez vos longueurs méchés avec le sérum Cristalliste Sculpt de Kérastase, il apportera une texture soyeuse et une brillance exceptionnelle à vos cheveux.

Et, ci-après, découvrez la photo de Janika avec un balayage. Super assistante de l’équipe, elle est passée entre les mains expertes de Léo.

Balayage-Janika