Celle là, il faut que je vous la raconte!

Vendredi, nous avons reçu un appel d’une de nos clientes qui, partant pour la fin de semaine de l’Action de Grâce à New-York, nous demande la formule de sa coloration pour pouvoir faire une retouche là-bas. Précisons qu’elle est une cliente régulière qui « fait ses racines » aux trois semaines et qui ne veut pas sauter une semaine pour ne pas décaler ses rendez-vous pour le temps des fêtes.

Nous lui donnons la dite formule et annulons son rendez-vous du lendemain matin, soit le samedi à l’ouverture. L’annulation nous permet d’offrir à une cliente en liste d’attente son rendez-vous.
Samedi matin, message téléphonique de la cliente : « Je reviens de New-York, c’est terrible ce qu’ils m’ont fait là-bas, je reprends mon rendez-vous de huit heures.»

Effectivement, elle se présente à l’ouverture en état de panique et me montre ses cheveux en me demandant ce que je peux faire avec çà! Je constate que le coiffeur new-yorkais n’a pas du tout suivi la recette que j’avais fourni, qu’au lieu de colorer il a voulu décolorer. Ma cliente se retrouve donc avec trois pouces de cheveux jaunes à la racine, sans parler des taches orange, signe d’une application très irrégulière.

Notons qu’elle est parfaitement bilingue, et qu’ainsi elle a su clairement expliquer ce qu’elle désirait. Elle séjournait dans un des plus grands hôtels de New-York et c’est là qu’on l’a référé dans un des salons les plus réputés de la ville.

Elle me raconte son aventure :

  • Vendredi 19h30. En arrivant au salon, on lui présente le coiffeur qui va s’occuper d’elle. Étant donné qu’elle désirait rafraichir sa coupe, en anglais trim et pas cut, le coiffeur lui a expliqué qu’il allait couper dans un premier temps et colorer par la suite. (Ce qui dans ce cas précis, pour des raisons techniques dépassant le cadre de ce blogue, est un non sens). Avec au départ des cheveux un peu plus bas que l’épaule et un léger dégradé dans le bas, notre cliente se retrouve avec trois pouces de moins et un fort dégradé. Cela lui semble trop court et disproportionné, mais difficile de juger les cheveux mouillés. De là, une toute jeune fille est assignée pour appliquer la couleur. Notre cliente constate que le produit que l’on applique ne semble pas être le même, que la jeune fille n’a aucune expérience et que le coiffeur à disparu. L’application qui devrait se faire sur un demi-pouce (3 semaines de repousses) se fait sur trois pouces. Très vite les cheveux virent au jaune-orangé et là, panique à bord. On rince et constate l’étendue du désastre. Le coiffeur dont l’attitude suffisante monte d’un cran, ignore le problème, c’est de la faute des cheveux, pas la sienne.
  • Vendredi 21h30. Retour à l’hôtel, scandale, on cherche une solution, le directeur de l’hôtel parti pour le week-end.
  • Samedi 0h30. Rappel du directeur, arrangement, on lui ofre un billet ouvert aller-retour New-York Montréal au frais de l’hôtel.
  • Samedi 8h00. Vous connaissez la suite…
  • Samedi 12h30. Elle quitte notre salon pour prendre le vol de 13h30, rejoindre son mari et ainsi finir son week-end à New-York.

Même si cette cliente est repartie avec le sourire, et que nous avons reçu depuis de beaux messages de remerciement de sa part, le point ici n’est surtout pas de nous vanter d’avoir pu corriger sa couleur et régler le problème (un peu quand même…), mais je suis scandalisé à chaque fois que j’entends dire que les coiffeurs n’écoutent pas ce qu’on leur demande. Je reste persuadé que la plupart du temps ils cachent leur incompétence en prenant les gens de haut, en jouant à « l’artiste », à celui qui détient la vérité.

  • Coiffeurs : Oui vous êtes là pour conseiller, mais comment pouvez vous conseiller sans écouter?
  • Client(e)s : Si un coiffeur vous dit : »Je sais ce qui vous va » sans vous avoir rencontré auparavant, SAUVEZ VOUS EN COURANT, même les cheveux mouillés, vous serez malheureuse 5 minutes au lieu des 3 prochains mois.

Et vous, vous est-il arrivé un des ces mésaventures avec un coiffeur? En espérant que ce ne soit pas avec moi, j’aimerais beaucoup connaître votre histoire.